L’accouchement, ce moment à la fois tant redouté et tant attendu par les futures mamans… surtout quand on est primipare !

50 choses que je ne savais pas avant d’accoucher

  1. Mettre au monde un enfant, ça fait certes très mal, mais c’est tellement magique !!
  2. Tous les livres et articles que j’ai lus au sujet d’un accouchement sans péridurale, , les exercices que j’ai appris lors des cours de préparation à la naissance… ne me seraient pas utiles le jour J. Mon corps a su très bien gérer tout seul les contractions en me réclamant des postures et des respirations particulières pour les accompagner.
  3. Accoucher en position gynécologique serait plus facile que debout ou accroupie et que c’est cette position que je choisirais naturellement.
  4. Qu’un nouveau-né était si petit et sentait si bon.
  5. Que mon séjour à la maternité me serait aussi bénéfique et que rentrer à la maison me rebuterait à ce point.
  6. Que je ne voudrais pas lâcher mon petit une seule seconde ses premiers jours de vie.
  7. Et qu’ensuite ce serait lui qui refuserait d’être posé une seconde. Gabriel est un bébé sangsue et ne peut être allongé ailleurs que dans nos bras…
  8. Qu’aimer autant pouvait faire mal à en pleurer.
  9. Que j’aurais à ce point peur de perdre mon enfant, peur qu’il ne lui arrive quelque chose, peur qu’il disparaisse ou ne soit blessé.
  10. Que l’amour inconditionnel n’arrivait pas aussi vite que je le croyais, que ce n’était pas quelque chose d’acquis mais un sentiment qui vient avec le temps.
  11. Qu’un bébé pouvait avoir autant de problèmes digestifs : toujours un rot, un hoquet, un gaz, une régurgitation…
  12. Qu’un nouveau-né ne dort pas 19 heures par jour contrairement à ce que j’ai pu lire sur le web. La personne qui a écrit cela parlait sûrement d’un chat, pas d’un humain !!
  13. Qu’un bébé ne pleurait pas seulement la nuit à 2 heures et à 5 heures, mais aussi le jour. Parfois tout le jour.
  14. Qu’un petit garçon pouvait à ce point avoir la dalle et réclamer le sein toutes les 2 heures voire certaines fois toutes les heures.
  15. Et qu’il pouvait téter aussi longtemps, contraignant parfois sa mère à manger dans le canapé et à se retenir d’uriner !!
  16. Que l’allaitement, c’était difficile. Que malgré toutes les bonnes lectures à ce sujet, je n’étais pas préparée à ce que cela allait impliquer tant physiquement qu’émotionnellement : être disponible H24, avoir la sensation d’être une vache à lait (je compatis tellement avec ces dernières que je serais bien incapable d’avaler un morceau de fromage), trouver les bonnes postures, gérer les crevasses qui refusent de guérir (à ce propos et pour avoir à peu près tout essayé, ce sont les compresses Multi-Mam qui m’ont sauvé la vie, en guérissant mes seins très rapidement !), soulager les engorgements, endurer les montées de lait, trouver des solutions lorsque bébé s’énerve au sein sans raison apparente…
  17. Que je saignerais pendant près de 40 jours non-stop après mon accouchement. Ce sont les lochies ! Sérieusement, je n’étais pas informée que les règles que je n’avais pas eues pendant 9 mois se vengeraient d’un coup, en se manifestant par un flux continu…!
  18. Que je ne pourrais pas me lever ni même marcher plusieurs jours après mon accouchement tant mon périnée serait endolori.
  19. Que faire caca pour la première fois après avoir donné la vie me terroriserait à ce point. Et faire pipi piquerait autant (que du glamour, je sais !) !
  20. Que mon entourage serait aussi généreux : mon petit croule sous les peluches et les pyjamas !
  21. Qu’un bébé pouvait s’endormir aussi vite. Et se réveiller tout aussi vite. En hurlant.
  22. Que je n’aurais le temps de rien, même pas de manger ou de me shampouiner, mais qu’on attendrait de moi que je sois disponible pour travailler, répondre à des e-mails de 3 kilomètres de long ou des questions au sujet d’une recette que j’ai postée en 2013… Ahem.
  23. Que mes déjeuners seraient parfois pris à 15h. Seule. Sans papa à côté de moi puisqu’il berce Gabriel et qu’ensuite ce sera mon tour.
  24. Que je me balancerais autant. Même lorsque bébé n’est plus dans mes bras. Par réflexe. Je me dandine. Tout le temps.
  25. Que le bruit de l’aspirateur serait mon meilleur ami. Et celui du petit chauffage dans la salle de bain aussi.
  26. Que je céderais aussi vite à la tétine.
  27. Que je déborderais de lait toute la journée et toute la nuit, devant changer de t-shirt à plusieurs reprises.
  28. Que je me sentirais à ce point enfermée, prisonnière de ma maison. Et de la maternité.
  29. Que j’aurais peur de sortir avec mon bébé. Peur qu’il se mette à hurler, d’allaiter en public toutes les deux heures avec mes bouts de sein, de me trimbaler 150 sacs que je fais tomber et de ne pas réussir à fermer ma poussette.
  30. Que mon écharpe de portage me sauverait littéralement la vie.
  31. Qu’une maison pouvait être aussi sale et bordélique.
  32. Et qu’elle pouvait être remplie du jour au lendemain de berceaux, écharpes de portages, couches, cotons, doudous, vêtements miniatures…
  33. Qu’envoyer trois papiers à la sécu serait parfois ma seule activité « non bébé » de la journée.
  34. Qu’un petit d’homme avait autant besoin de bodys et de pyjamas.
  35. Qu’un nourrisson pouvait détester être tout nu ou être baigné.
  36. Qu’on pouvait être fortement démuni devant les cris d’un bébé.
  37. Mais qu’en même temps on pouvait faire preuve d’une patience infaillible dans ces cas-là.
  38. Que le baby blues était à ce point violent et inexplicable, que je serais victime de mes hormones.
  39. Que je me servirais autant de ma main gauche, moi qui suis droitière.
  40. Que je serais à ce point déconnectée du « monde réel ». On est quel jour déjà ?
  41. Que je ressentirais autant de culpabilité au sujet… d’à peu près tout ce qui touche à la parentalité.
  42. Que je me sentirais à ce point seule, isolée, pas à ma place chez moi.
  43. Qu’il était possible d’étendre autant de lessives en une semaine.
  44. Que j’aurais si faim la nuit et que je mangerais en même temps que bébé.
  45. Que mes proches verraient autant mes seins et mon ventre moi qui suis d’ordinaire pudique.
  46. Qu’il existait autant de modèles de biberons, sièges auto, poussettes… et que je deviendrais experte sur ces sujets.
  47. Que j’aurais instinctivement les bons gestes pour mon bébé, que répondre à ses besoins serait ma priorité, que je saurais directement comment le porter, le nourrir ou le bercer, moi qui n’ai jamais été à l’aise avec les petits des autres.
  48. Que les pleurs des nourrissons pouvaient signifier autant de choses. L’ouvrage « Il pleure, que dit-il ? » de Priscilla Dunstan a été une révélation dans ce sens.
  49. Que mes émotions seraient à ce point intenses, multiples, changeantes et ambivalentes.
  50. Que j’effectuerais autant de squats en une journée. Se baisser avec bébé dans les bras, ça muscle !

Produits en promotion :

Montgolfière
65,00 59,90
-8%
-25%
-11%
-43%
Mobile musical FLAMINGO
48,00 39,99
-17%
-15%
-9%
-6%
POUFS LAPINS MARBRE
89,00 79,00
-11%
-6%
-11%
-13%
-14%
-38%
-12%
Arbre portant Charme
55,00 49,90
-9%
-25%
-10%
-26%
-32%
-41%
Coffret sortie bain+gant
38,00 29,90
-21%
DRAP HOUSSE IMPRIME JOLLY
17,00 11,90
-30%
-27%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *